Les Prophéties révélées dans les anciens livres – [ Episode 7 ]

Salam Alaikoum,

Vous avez été nombreux à évoquer le concile de Nicée et Constantinople et à demander une vidéo à ce sujet: C’est donc ce que nous avons fait. nous espérons que la vidéo d’aujourd’hui répondra à vos attentes

En réponse à certains commentaires sous les épisodes précédents et afin de ne pas se répéter, nous invitons les gens qui ont des incompréhensions à visionner la série depuis le début. 

Nous avons démontré dans le premier épisode que la porte des prophéties est une argumentation valide en islam.

وَإِنَّهُ لَفِي زُبُرِ الْأَوَّلِينَ

 أَوَلَمْ يَكُن لَّهُمْ آيَةً أَن يَعْلَمَهُ عُلَمَاءُ بَنِي إِسْرَائِيلَ

Et ceci était déjà mentionné dans les Ecrits des anciens (envoyés).

(197) N’est-ce pas pour eux un signe, que les savants des Enfants d’Israël le sachent?

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à le visionner.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est essentiel de comprendre l’histoire du christianisme et ce qui en est notable. Ainsi que certains de ces événements les plus marquants 

Nous avons tous au moins une fois entendu un chrétien parler de sa religion: nous savons tous qu’ils l’appellent Dieu Le Père.

 On sait aussi qu’ils invitent toujours à l’amour de Dieu, à aimer Dieu, et que le but de la vie est d’aimer Jésus, qui serait, selon les pères de l’église, mort sur la croix pour nos péchés. 

 Ce n’est spécifique qu’à la religion chrétienne: Dans aucune autre religion les mots Père, Amour ou Fils sont utilisés à une telle fréquence, ce qui en fait une particularité du dogme chrétien.

C’est d’autant plus surprenant que lorsque l’on se penche sur la Torah traduite en français par les juifs, nous lisons parfois des versets qui parlent de l’adoration. 

Mais si on compare à l’ancien testament dans la bible française, donc la version chrétienne, pour le même verset, nous retrouvons une traduction différente de la version juive.

 Nous trouvons le mot Amour au lieu d’adoration.

Dans le judaïsme et dans l’islam, nous voyons les terme Seigneur, adoration et Serviteur. Alors que les chrétiens, ont les termes Père, Amour et Fils.

Afin de comprendre le possible malentendu intentionnel ou pas, il faut d’abord savoir que la langue que parlait Jésus Alayhi salam, était l’araméen. Une langue que les occidentaux appellent sémitique. Mais qu’est ce que la langue sémitique ? n’est elle pas autre que la langue arabe ? dont l’hébreu, l’araméen, le syriaque restent des dérivés ? Nous parlerons de tout ceci dans un autre épisode in sha a llah si vous le souhaitez. 

Et dans les langues sémitiques, selon le contexte, le terme fils ou père n’est pas forcément lié à une filiation biologique. Par exemple, nous disons d’un campagnard, Fils de la campagne, Ibn Al Badiya. Cela ne signifie pas que son père ou sa mère soit la campagne, ce qui est complètement insensé.

Ainsi, lorsque les Grecs ont traduit la bible dans leurs langues, ils ont traduit le terme fils littéralement. Sans oublier que les grecs vénéraient avant le christianisme des dieux que l’on connaît tous par le biais de l’école: les dieux de la mythologie grecque, où ces derniers étaient des divinités qui possèdent des fils divins ou mi-dieu mi-humain. Comme Panthéon fils de Chronos.

Le terme fils donc, dans la bible, s’agit-il d’une filiation biologique ? ou une appellation honorifique ? 

Analysons 2 livres de l’evangile parlant du même événement :

Dans Marc 15 39 nous Lisons : 

“ Assurément, cet homme était Fils de Dieu.”

Alors que dans Luc 23 47  Nous lisons : 

“ Certainement, cet homme était juste “

Nous pouvons déjà comprendre que l’appellation fils de Dieu, peut signifier que c’est une personne pieuse, juste, qui adore Dieu avec sincérité, qui suit ses commandements, et non pas une affiliation

Nous avons pu remarquer cela lorsque l’on effectuait des recherches dans la Bible pour d’autres fins. 

Et ce que l’on constate, subhanallah, c’est que le domaine des prophéties et la comparaison des religions est un domaine tellement vaste que l’on ne pourra pas, en quelques jours ou quelques mois, relever tous les indices qui se cachent dans les détails des Livres des gens du Livre. 

Et le plus beau dans tout ça, c’est lorsqu’on a des savants juifs ou chrétiens, qui se convertissent à l’islam, ils nous révèlent tout les détails des prophéties et des erreurs de leurs ancienne religion. 

Attention, lorsqu’on parle des livres des gens du livre, nous parlons de livres qui ont été altérés par l’humain, qui contiennent une part de vérité et une part de fausseté injustement introduites par des humains mal intentionnés pour égarer les gens. 

Nous pourrons citer pleins d’exemples de cela, mais nous serions donc hors sujet, alors que pour cet épisode, le sujet in sha a lah est tout autre ! 

Vous avez été nombreux à demander un épisode sur le concile de Nicée. Il est sur et certain que la plupart d’entre vous avez regardé des documentaires ou des vidéos concernant Arius présenté comme “monothéiste” contre son rival “Anasthasius” le trinitaire. 

Nous allons aller droit au but et vous dire que, Arius n’était pas un monothéiste du sens islamique. Néanmoins, voici l’histoire : 

Après que Jésus fut élevé vers Allah, les apotres, ses sahabas, étaient sur sa doctrine du tawhid pur. Les premiers chrétiens étaient des juifs. Et le message de Jésus ne s’adressait qu’à la nation juive. 

Jésus est issu de la nation juive, comme beaucoup de prophètes avant lui, et envoyé à eux.

Il leur apporta un livre, l’Évangile, tout comme les prophètes avant lui ont apporté des livres.

Nous l’avons dit dans le deuxième épisode de la série lorsqu’on prouvait aux chrétiens et aux juifs que Jésus n’eût été envoyé qu’à la nation juive.

Nous lisons : 

Il répondit: Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.

Si vous ne l’avez pas visionné, je vous invite à cliquer sur le lien de l’épisode 2 dans la description de la vidéo.

Ainsi, les premiers chrétiens étaient tous juifs. Tous étaient sur la doctrine du monothéisme pur de La Ilaha Illa Llah, et que 3issa est Rassoul Lah. 

Mais entre leur existence et le concile de Nicée, nous n’avons pas assez de références bibliographiques afin d’étudier leurs croyances et leurs paroles.

C’est comme s’il y avait un trou dans l’histoire entre Jésus et le concile de Nicée. 

Les seuls références que nous pouvons obtenir aujourd’hui sont toutes basées sur des croyances qui ne peuvent etre considérées comme monothéistes en Islam.

Ceci est sans doute lié au refus de l’avis différent par l’Église et qui consistait depuis toujours à éliminer son adversaire de pensée par tous les moyens. Et nous avons vu ceci se produire entre différentes sectes chrétiennes.

Ainsi, De Paul de Tarse, appelé Saint Paul, jusqu’au concile de Nicée, énormément de sectes chrétiennes sont apparues et autant de divergences dogmatiques

 (Pause correction)

Donc résumons la première partie de notre vidéo : 

1- Jésus n’était envoyé qu’aux enfants d’Israël

2- Les premiers chrétiens étaient juifs

3- Les premiers chrétiens suivaient la doctrine du tawhid et les enseignements de Jésus qui ne différait pas beaucoup du judaïsme: c’était la suite du message.

4- Nous n’avons pas assez d’éléments pour investiguer sur ce qui s’est passé à cette époque du début du christianisme

5- Enormements de sectes sont apparues jusqu’au Concile de Nicée

Ainsi, nous allons faire une avance rapide jusqu’à l’avènement de ce fameux concile. 

Pourquoi ce concile ? 

En Alexandrie, deux grands avis opposés ont grandis et ont fait un grand schisme dans le christianisme.

 Un avis soutenu par Alexandre d’Alexandrie, le patriarche d’Alexandrie, qui consistait à dire que Dieu et Jésus était une seule personne mais en même temps ce ne sont pas les mêmes.

Et l’avis d’Arius qui consistait à dire que Jésus n’était pas la même personne que Dieu mais que Dieu a créé Jésus avant tout au monde, puis lui a légué le reste de la création. 

La seule différence entre l’arianisme et le trinitarisme est que les ariens disent que Jésus a un commencement, et les trinitaristes disent que Jésus n’a pas de commencement car il est égal à Dieu et en même temps non égal. 

Les deux croyances sont fausses que ce soit dans la compréhension juive ou la compréhension islamique qui est la plus juste du monothéisme. Le coran est suffisant comme preuve pour celui qui souhaite la vérité. 

Il faut aussi retenir que tous ces prêtres et évêques ne sont pas juifs de naissance ni de culture, mais la plupart sont des fils de païens convertis au christianisme nouveau. Ils ont donc mélangé leurs croyances avec cette religion pour former un mélange de monothéisme polythéiste. 

Comme on le sait, les légendes païennes contiennent toutes des histoires de divinités ayant des fils, qui sont aussi des divinités. Ces divinités ne sont pas non plus immortelles.

Ces païens convertis ne voient pas de mal à ce qu’un dieu ne soit pas immortel ou qu’il ait des attributs non conforme à ce que Allah a révélé.

Continuons,

Le conflit entre Arius et Alexandre s’intensifie et crée une vraie divergence dans la croyance chez les chrétiens.

C’était les 2 courants majoritaires de la chrétienté à cette époque. L’avis d’Arius était même l’avis le plus répandu dans l’empire. Nous allons voir par la suite que son avis a perduré malgré le concile.

Ainsi, nous avons 2 courants majoritaires mais tous deux loin de la vérité.

Constantin 1er, souhaitant préserver son empire contre des guerres internes et sur recommandation de Ossius de Cordoue, son confident des affaires religieuses de l’église et qui était lui aussi partisan de la divinisation de Jésus, convoqua tous les évêques de l’empire pour un Concile dans la ville de Nicée, en Turquie actuelle. 

Ce concile avait pour but d’unifier la foi chrétienne sur une seule parole. 

Le concile dura du 20 mai au 25 juillet 325.

Après de nombreux échanges et d’altercations violentes entre les 2 parties, un credo a été rédigé et a été soumis au vote. 

Sauf que le vote n’était pas libre: Constantin 1er, qui est issus de la religion païenne du Sol Invictus, des adorateurs du soleil, et qu’on l’a défini comme la onzième corne qu’on a vu dans la vidéo de l’épisode précédent, a déclaré que celui qui refuse de signer le credo sera exilé.

Que contenait ce credo ? 

Le credo était : 

Ainsi, par peur ou par intérêt mondain, certains ont accepté de voter même si cela ne correspondait pas à leurs croyances. 

Seuls Arius et 2 autres personnes ont refusé de voter et ont donc été exilé. Puis excommunié. 

Qui correspond au takfir dans leur religion. 

Ainsi, à partir de ce concile, toute personne ne prononçant pas cette attestation de foi est excommunié, cette personne est donc Kafir selon l’église.

Les chrétiens sont tous unanimes pour définir que le concile de Nicée est le premier pas du christianisme pour unifier et imposer l’orthodoxie chrétienne. 

Résumons donc cette partie : 

Le concile de Nicée résulte par une définition fixe de la foi chrétienne en cette attestation de foi que l’on voit dans l’image.

Et toute personne refusant de l’appliquer et de l’enseigner sera exilée, exécutée et ses ouvrages seront brûlés :

On peut retrouver une lettre d’un évêque dénommé Eusèbe de Nicomédie, qui deviendra plus tard proche de Constantin 1er et qui le fera baptisé sur la foi arienne avant sa mort : 

“Nous avons agi de manière pécheresse, ô Prince, lorsque nous avons accepté de blasphémer par peur de vous .”

Le christianisme était officiellement défini et toute personne qui le pratique différemment se verra châtiée. Ainsi était la politique de Constantin.

Et voilà que la purge est lancée. Toute personne qui refuse d’adhérer à cette doctrine se verra exécutée, humiliée, exilée …

Que s’est il passé après cela ? Est-ce que Arius et ses camarades se sont arrêtés d’appeler à leur doctrine ?

Au contraire, ils ont continué à dénoncer cette doctrine votée au concile de Nicée et sont très suivis.

Ils continuaient comme cela jusqu’à ce qu’ils arrivent à se rapprocher du pouvoir de l’empire, par le biais de la mère de Constantin 1er, Helena, ou Sainte Hélène, qui était de la doctrine arienne, et qui a fait le rapprochement entre Eusèbe de Nicomédie qui refusait la foi nicéenne et son fils l’empereur Constantin 1er. 

Jusqu’à ce que Constantin invite personnellement Arius dans son palais et le reçoive chaleureusement. 

Mais le mal est déjà fait, l’officialisation de cette doctrine était effective.

Plus aucune bonne nouvelle ni d’agréable surprise à venir venant des nouveaux chrétiens. Mais uniquement de quoi s’étonner à quel point des humains ont osé fabriquer un mensonge contre Allah subhanahu wa taala !

60 ans après le concile de Nicée, l’empereur de Rome, Theodose 1er, convoque le concile de Constantinople en 381 afin d’introduire une nouvelle divinité dans le christianisme, le Saint Esprit.

Et voilà que la foi de la nouvelle religion se fabrique et se solidifie autour de paroles d’hommes, tirés de leurs propres interprétations influencées par leurs cultures païennes. 

Et voilà que le message de Jésus, prophète et messager d’Allah, qui fut envoyé pour les enfants d’Israël, les appelant au monothéisme et leur rappelant leurs péchés, a été entièrement modifié et représente le contraire de ce qu’Allah a ordonné à Jésus d’enseigner. 

Ces informations qui nous sont parvenus sur Arius et sur les conciles, nous parviennent uniquement de ses adversaires.

L’église n’a jamais toléré l’avis opposé, et pour cela, elle a réalisé torture, executions, excommunions et autres humiliations afin de ne laisser une liberté de penser. 

Est ce que c’est important ?

Oui, c’est même fondamental. 

Car nous en islam, nous ne tolérons certes pas le blasphème. Mais ce qui nous différencie de l’église, c’est que nous basons entièrement notre religion sur le coran et le hadith. Contrairement à l’église depuis Paule de Tarse, appelé Saint Paul, qui privilégie la foi en Jésus avant la Torah. Ce paul qui a aussi fait l’ouverture aux non juifs alors que le message de Jésus d’adressait aux juifs fils d’Israel.

Etait-ce intentionnel ? Était-ce une intention spécifique de dévier le message d’Allah de son objectif ? Allahu a3lam. Mais le résultat est le même, intentionnel ou pas.

L’épisode s’achève, sachez que cet épisode n’était pas prévu pour la série Prophéties. 

Mais au vu du nombre de personnes demandant un épisode sur le concile de Nicée, on s’est penché dessus afin de lever des doutes qui planent sur ce fameux concile.

En effet, au-delà de ce concile, la religion chrétienne connaissait déjà beaucoup de sectes, et Constantin n’a fait qu’officialiser l’hérésie et interdit tout autre croyance qui diffère. 

Donnant par la suite naissance à cette nouvelle structure chrétienne que l’on connaît jusqu’à aujourd’hui.

Pour le prochain épisode, in sha a llah nous reviendront sur des prophéties diverses, des prophéties dans les hadith qui renvoient à des textes cachés dans les écritures des gens du livres.

Comme par exemple, la présence des juifs à Médine et ce que le Coran en dit, ou encore la présence de Salman Al Farissi, un homme persan qui se retrouve chez les arabes en quête de vérité, et quel était la personne qui le guida à cet endroit et comment son guide connaissait cet endroit.

Ou encore, la célèbre rencontre de Abou Soufian alors mécréant avec le gouverneur romain qui le questionna sur le prophète, et comment connaissait-il ces détails…

Nous parlerons in cha a llah de prophéties de livres non canoniques, des prophéties présentes dans les livres comme Apocalypse d’Abraham, Livre de Moïse et d’autres.


Barakallahufikoum wa salam alaikoum